Simplifier le multimédia domestique

Le multimédia domestique se développe et les réseaux qui rendent possible la diffusion des contenus au-delà d’un seul ordinateur, aussi.  Pour accélérer ce développement, plusieurs industriels viennent de s’associer dans l’intention de promouvoir une nouvelle norme internationale pour le partage de contenus multimédias dans la maison. Mais d’autres initiatives, parallèles, devraient apporter leur pierre à l’édifice.

« Le multimédia domestique en réseau se développe, mais ne relève pas encore de la grande consommation« , indiquait récemment le cabinet d’analystes In-Stat. Certes, tous les utilisateurs de Freebox disposent gratuitement d’une passerelle multimédia. Mais son interface graphique, peu conviviale, la pénalise pour toucher le public au-delà des technophiles. La passerelle Apple TV elle-même ne rencontre qu’un succès d’estime sur le Vieux Continent, malgré une interface, là, très réussie. Alors, le multimédia domestique reste-t-il trop compliqué ?

                                 
C’est ce que semblent penser – sans le dire – les fondateurs du forum HomeGrid parmi lesquels on compte Intel, Infineon, Panasonic et Texas Instruments. Ensemble, ces industriels veulent collaborer avec l’Union internationale des télécommunications (UIT) afin de parvenir à la définition d’une norme reconnue en matière de transmission des contenus multimédias sur les réseaux domestiques existants : fils électriques, câbles coaxiaux, lignes téléphoniques, etc. Les fondateurs du forum HomeGrid espèrent remporter l’adhésion des constructeurs d’électronique grand public, des équipementiers réseau et des fabricants d’ordinateurs.
Cette initiative n’est pas la première. Le consortium DLNA vise ainsi à promouvoir le protocole UPnP AV qui permet un partage simplifié des contenus multimédias sur le réseau domestique. Il est utilisé de manière transparente par de nombreuses passerelles multimédias et même par la console de jeux vidéo PlayStation 3 de Sony. Les petits serveurs de stockage domestique, tel le tout récent Belinea O.Center, l’exploitent également, via leur logiciel interne, Windows Home Serveur , conçu précisément pour simplifier le stockage et le partage des fichiers multimédias du foyer.
Mais, globalement, l’électronique grand public ne suit pas, ou alors uniquement sur des produits d’exception. Le téléviseur haute définition Connect 37 Media de Loewe , par exemple, fait presque figure de précurseur. Cet appareil doté d’une dalle Full HD de 37 pouces de diagonale embarque en effet une prise réseau et les composants logiciels nécessaires à la lecture de contenus multimédias partagés par un ordinateur personnel. Mais l’objet reste exclusif : 2 500 euros TTC.
Signe des temps, la connexion réseau devrait néanmoins devenir un « must » pour les équipements électroniques domestiques : le nombre d’appareils ainsi équipés devrait passer de 3,6 millions en 2008 à 65 millions en 2012, selon le cabinet ABI Research.

http://www.lepoint.fr/archives/article.php/244440

Publicités

Actualité informatique et high tech

Raspberry Pi : le micro-PC à 25 euros fait un carton

 Il n’est pas plus grand qu’une carte de crédit et ne coûte que quelques euros: le Raspberry Pi pourtant un vrai ordinateur. A peine commercialisé, il est déjà « sold out » !
 Lancé en juin 2010, cet outil qui vise à s’assurer de la sécurité de vos connexions aux sites Web vient de passer en version 2.0 et s’ouvre à Chrome, en bêta.
 La Galaxy Note 10.1 de Samsung allie l’efficacité des dernières tablettes aux fonctions manuscrites du smartphone Note, la retouche avec Photoshop en sus.
EN BREF. C’était un secret de polichinelle. C’est désormais officiel. Apple confirme que sa prochaine version de l’iPad sera dévoilée le 7 mars à San Francisco…
Nouveaux Lumia (900 et 610) avec deux nouveaux services, pour gérer ses déplacements en transports en commun et lire des livres électroniques.
 Toujours plus gros et puissants, les smartphones du MWC font la course à l’armement. Autre tendance : les téléphones à n’importe quoi, projecteur ou télécommande.

WordPress

             

POURQUOI CHOISIR WORDPRESS ?

Parce que c’est le simple d’utilisation, tant pour les néophytes que les développeurs. Parce que vous pouvez l’utiliser aussi bien pour un blog qu’un site web. (WordPress est un système de gestion de contenu  qui permet de créer et gérer facilement l’ensemble d’un site web ou simplement un blog.

Gratuit et libre, WordPress est personnalisable grâce à de nombreux thèmes et plugins. En outre, il existe une solide communauté à travers le monde entier).Enfin, WordPress est fiable (sécurisé et mis régulièrement à jour), fort sympathique à utiliser, très évolutif, en pleine expansion (ne court aucun risque d’être abandonné), gratuit (Open Source), basé sur une communauté de milliers de développeurs et millions d’utilisateurs. Il a d’ailleurs été élu meilleur CMS 2009.

Temps requis pour installer WordPress :  20 minutes pour l’installation (upload) + 2-3h pour réglages divers et optimisation.

 

QUE PEUT-ON FAIRE AVEC WORDPRESS ?

Presque tout:

. Créer un blog, un site web. Un site web couplé à un blog. Un blog avec forum.

. Importer votre blog actuel (de chez Blogguer, DotClear, Blogware, GreyMatter, LiveJournal, TypePad, Textpattern ou n’importe lequel si celui-ci dispose d’un flux RSS).

. Transformer votre vieux site web statique sous forme dynamique en site et blog WordPress (c’est à dire  prendre le contrôle de votre site actuel, pouvoir l’actualiser et y ajouter du contenu).

J’ai trouvé en ligne un tuto gratuit sur wordpress qui explique étape par étape le fonctionnement du blog. Il forme même sur d’autres logicilels!!!

BONNE FORMATION

http://fr.tuto.com/wordpress/tuto-wordpress-gratuit.htm

 

La sécurité informatique

 

10 bonnes pratiques pour durcir la sécurité du poste de travail.

1.Un bon mot de passe de session est à la fois résistant à la casse et facile à mémoriser.
Le secrétariat général de la défense nationale (SGDN) recommande ainsi 10 caractères minimum, de types différents (majuscules, minuscules, chiffres et caractères spéciaux).

2.Limiter les droits administrateur

Cela permet de contrôler l’installation de logiciels non professionnels ou indispensables à l’activité, et aussi de réduire les risques d’infection par des virus reposant sur l’exécution d’un fichier. Cette politique doit de préférence s’accompagner de la formation et sensibilisation à l’usage des outils informatiques.

3.Penser à la mise à jour OS et logiciels

Il est en général préférable d’activer la mise à jour automatique du système d’exploitation. Sur un poste Windows, l’option se paramètre depuis le menu du Panneau de contrôle. Un administrateur réseau peut toutefois décider de valider les différents correctifs avant de les pousser vers les postes utilisateurs.

Les attaques ne se limitant pas aux failles systèmes, comme en témoignent les récentes exploitations des vulnérabilités d’Adobe Flash, il convient aussi de mettre à jour les logiciels installés sur les postes.

4.Empêcher la désactivation de l’antivirus

Les antivirus peuvent s’avérer parfois gourmands en ressources. Les utilisateurs auront dans ces moments la tentation de désactiver l’antivirus, au risque d’oublier par la suite de l’activer de nouveau. S’ils peuvent avoir accès à certaines options de l’antivirus, afin notamment de lancer un scan, l’antivirus doit demeurer actif.

ATTENTION, NE JAMAIS INSTALLER DEUX ANTIVIRUS
Pour le choix des logiciels antivirus, deux solutions :
1 / Vous êtes surfeur(se) aguerri(e), vous êtes au fait de la sécurité informatique, n’hésitez pas, prenez du gratuit :

Microsoft Security Essentials

Avira AntiVir Personal Free

AVAST

2 / Vous n’y connaissez pas grand-chose, vous avez deux mains gauches, adoptez une suite logicielle payante, un tout en un qui fera le travail à votre place…(les mieux notés actuellement)

G DATA InternetSecurity 2011(40€ env./3pc)

Bit Defender Internet Sécurity(60€ env./2ans/3pc)

Trend Micro(50€ env.)

5.Interdire les manipulations de la base de registre

Intervenir sur la base de registre requiert connaissances et compétences. Il est donc plus que recommandé de la verrouiller afin que les utilisateurs du poste de travail ne puissent la modifier librement.

6.Correctifs de sécurité par email

La pratique est répandue. Afin d’accroître les taux d’infection, les pirates diffusent en masse des emails associés à de prétendus correctifs de sécurité.
Outre un bon paramétrage de l’option antispam de la messagerie ou l’utilisation d’une passerelle antispam dédiée, il est nécessaire de sensibiliser les utilisateurs à ces menaces. Les éditeurs ne proposent jamais de patch par email. La mise à jour s’effectue depuis un menu de l’application ou via un téléchargement sur le site Web de l’éditeur.

7.Désactiver le boot CD-ROM

Un ordinateur peut être démarré via un CD de démarrage, dont notamment un disque d’installation Windows. Si le boot CD peut s’avérer utile dans diverses situations, il peut aussi permettre à un individu malintentionné de passer outre l’authentification de session pour accéder ainsi aux données sur le poste et effectuer des manipulations.

8.Configurer un pare-feu

Sous Windows, il est possible d’activer, sans frais le pare-feu de l’OS depuis le SP2 d’XP.
Les flux sortants ne sont toutefois pas pris en compte. Ils le sont en revanche sur Windows Vista. Les systèmes Linux embarquent eux aussi un firewall en natif, dont l’avantage est d’être bidirectionnel. Les éditeurs proposent désormais des suites de sécurité comprenant le pare-feu. Enfin des solutions à base d’agent, comme SkyRecon, fournissent des fonctions unifiées de sécurité.

9.Sauvegarder les données

Un disque dur n’est pas infaillible. L’utilisateur sauvegardant exclusivement ses données en local s’expose donc au risque d’une perte de données, suite par exemple à une panne matérielle.

10.Se garder du social engineering

Les attaques contre le poste de travail faisant appel au social engineering, c’est-à-dire la tromperie, sont multiples. Via la messagerie, ces attaques prennent généralement la forme d’email de phishing, notamment bancaire. Or jamais les établissements bancaires ne demandent de communiquer par emails des coordonnées.

Merci à hinh82, blogger sur management.jeun.fr

Site

940 millions d’utilisateurs. C’est l’estimation du nombre d’utilisateurs sur les réseaux sociaux dans le monde entier !

CREATION DU SITE

NOM DU SITE

NOMBRE D’ABONNES/VISITES MOIS

Février 2004

Facebook

648 millions d’abonnés,550 M visiteurs/mois

Juillet 2006

Twitter

200 M +, 95,8 M /mois

Juillet 2005

Bebo

117 M+ , 7 M /mois

Août 2003

Myspace

100 M+ , 80,5 /mois

Mai 2003

Linkedln

100 M+ , 50 M /mois

Octobre 2004

Tagged

100 M+ , 30 M /mois

Juin 2003

HI5

80 M+, 27 M/mois

Février 2009

Mylife

62 M+, 6 M/mois

Avril 2005

Myyearbook

20 M+, 12 M/mois

Janvier 2011

Meetup

7,2 M+, 8 M/mois

Les EPN et les labels

Les lieux d’accès publics à Internet en Loire-Atlantique

Destiné à tous les publics, « un espace numérique propose à ses usagers des activités variées et encadrées, par le biais d’ateliers collectifs, mais également dans le cadre de médiations individuelles et de plages réservées à la libre consultation »plusieurs dispositifs, au niveau national, existent : le ministère de la Culture et de la Communication mobilise des crédits au bénéfice des «Espaces Culture Multimédia». Le ministère de la Jeunesse et des Sports soutient les «points cyb-espace jeune numérique». La Caisse des dépôts et consignations finance un programme intitulé «cyberbases». Ces dispositifs nationaux s’interpénètrent souvent au niveau local avec les initiatives des collectivités territoriales. Depuis 1998, la majorité des régions et de nombreuses collectivités ont mis en place des espaces publics multimédias qui maillent le territoire. Ces actions locales participent à la réduction des inégalités géographiques, culturelles, sociales, économiques… entre les publics présents sur un même territoire.

Plus de 3500 lieux publics d’accès à l’internet sont ouverts en France, avec, dans chacun, un ou plusieurs animateur multimédia qui accompagne, initie, aide chacun à maîtriser et bien utiliser ces outils et services offerts par internet et plus largement par les technologies de l’information et de la communication. Certains de ces Espaces sont  » généralistes « , d’autres  » spécialisés  » (vidéo et photo numériques, accompagnement dans la recherche d’emploi, lutte contre l’exclusion, l’illettrisme…).

  • Lieux En Loire-Atlantique en libre accès

Commune Code postal Nom Téléphone Label NetPublic Photos Vidéos
ANCENIS 44150 Maison de l’emploi du Pays d’Ancenis 0240092013 Oui
BOUGUENAIS 44340 Cybercentre de BOUGUENAIS 0240047699 Oui 2 photo(s)
CHATEAUBRIANT 44110 Cyber-base emploi 0240289734 Oui
DERVAL 44590 Cyber-base emploi 0240289734 Oui
DERVAL 44590 Cybercentre de Derval 0240072581 Oui
GUERANDE 44350 CYBERCENTRE 0240156416 Oui
INDRE 44610 Espace Pluriel – ERN 0240854615 Oui
LA TURBALLE 44420 Association des Demandeurs d’Emploi du Pays Blanc 0240233851 Non
MACHECOUL 44270 Cyber-base de Machecoul 0240022624 Oui
MONTBERT 44140 POINT RELAIS EMPLOI 0240261162 Non
MONTOIR DE BRETAGNE 44550 Association Start’air Jeunes 0240451192 Oui
NANTES 44000 Maison de l’emploi Malakoff 0251729210 Oui
NANTES 44000 Espace Multimedia Accoord Malakoff 0240477053 Non
NANTES 44000 CRIJ-CIJ 0251729450 Oui 2 photo(s)
NANTES 44000 Mediagraph 02 40 12 19 12 Oui
NANTES 44100 Cyber-base E2Cel 02 40 20 63 23 Oui
NANTES 44100 Maison de l’emploi Bellevue 0251804151 Oui
NANTES 44100 Maison de l’emploi Dervallières 0228035800 Oui
NANTES 44100 Dclic pôle informatique des Dervallières 0240437947 Non
NANTES 44300 Maison de l’emploi Espace Nord 0240599843 Oui
NANTES 44300 L’EclectiC 0240409118 Non
NANTES 44300 Maison de l’emploi Est 0240089720 Oui
NOZAY 44170 Cybercentre de la Région de Nozay 0228050396 Oui
NOZAY 44170 Cyber-base emploi de Nozay 0240795151 Oui
PAIMBOEUF 44560 Espace ACCES CYB 0240275177 Non
PORNIC 44210 Cybercentre de Pornic -Médiathèque 0240826590 Oui
REZE 44400 Maison de l’emploi Rezé Pont Rousseau 0251703217 Oui
REZE 44400 Centre Information Jeunesse 02 40 13 44 25 Oui
RIAILLE 44440 Maison de Services au Public SIVOM du canton de Riaillé 0240973523 Non
ST HERBLAIN 44800 Maison de l’emploi Saint Herblain Sillon 0240920263 Oui
ST HERBLAIN 44800 Cybercentre de Saint-Herblain (La Harlière) 0240950898 Oui
ST MALO DE GUERSAC 44550 Association Start’Air Jeunes 0240911841 Non
ST NAZAIRE 44600 Ecole municipale d’ arts plastiques 0240004260 Oui
ST NAZAIRE 44600 Centre Information Jeunesse 0240007960 Oui
ST SEBASTIEN SUR LOIRE 44230 Centre Socioculturel de l’Allée Verte 0240331688 Oui
STE LUCE SUR LOIRE 44980 Médiathèque-Ludothèque 02 40 68 16 51 Non
STE PAZANNE 44680 Cybercentre du Pays de Retz 0240024215 Non
TRIGNAC 44570 Start’Air Jeunes 0240618122 Oui
VALLET 44330 Cybercentre de la Communauté de Communes de Vallet 02 51 71 75 07 Oui 3 photo(s)
VERTOU 44120 Service Jeunesse 0240334066 Oui
  • Les espaces publics numériques et le label Netpublic

Depuis novembre 2003, l’ancien label EPN n’est plus attribué et la labellisation directe État-espaces (Espaces Publics Numériques) est abrogée. Cela est remplacé par la Charte et le label NetPublic et par une labellisation conjointe État-collectivité territoriale qui offre l’avantage de reconnaître le rôle majeur des collectivités locales dans la politique d’accès public à l’internet.
La signalétique « NetPublic« permet d’accroître la visibilité des Espaces qui devraient être aussi facilement repérables pour le public qu’une Mairie ou un bureau de poste.

  • Liste des Initiatives des Lieux d’Accès Public à Internet et au Multimédia

Le label le plus courant est le le label EPN, lancé fin octobre 2001. A ce label s’ajoute les EPNP ( EPN de proximité), implantés dans les territoires ruraux. Certains ministères soutiennent également des structures, comme le ministère de la culture avec les Espaces Culturels Multimédia (ECM) valorisant l’aspect culturel des nouvelles technologies, ou celui de la jeunesse et des sports qui a développé le réseau des points Cyb.

Il existe aussi au niveau national le réseau des cyberbases, EPN, au concept plus encadré, lancées en 2001 par la caisse des dépôts et de consignation, et les espaces Multimédia dans la ville, soutenu en 1998 par France Télécom, via sa filiale Régie T.

De plus, plusieurs conseils régionaux ont développés leurs projets propres (ex : les Cybelis des Pays de la Loire cyber-paysdelaloire.net), auxquelles s’ajoutent  quelques initiatives de communes, souvent pionnières face aux initiatives nationales (ex : les PAPI de Brest, les Cybercommunes bretonnes…)

NOUVELLES MISES A JOUR

http://www.netpublic.fr/net-public/espaces-publics-numeriques/repertoire-national/

 

L’Internet mobile plébiscité

Le Web a la bougeotte, comme le constate le Baromètre de l’économie numérique publié le 23 février dernier.

Sur les 82.5 % de français qui sont équipés d’un téléphone portable, prés de la moitié (42 %) s’est connecté à l’Internet mobile. Une démarche très pratique qui a séduit 19 millions d’individus. Principale utilisation de cette toile accessible partout et à toute heure, les envois d’e-mails. Près d’un tiers (31 %) en somme soit une proportion en hausse de 2.7 %.

De plus 4,5 millions de français, soit un détenteur sur 10, ont effectués des achats sur Internet. Là encore, le phénomène est en hausse de 2,8 % et pourrait croître dans les mois à venir.

Le « m-commerce », variante du e-commerce sur mobile, est devenu une réalité. Un phénomène porté par le succès grandissant des smartphones, qui représentent près d’un téléphone sur deux (40 %) en France, équipant ainsi 17 millions de personnes.

Davantage connectés en permanence, les utilisateurs de smartphones sont aujourd’hui un quart à utiliser la technique du « m-commerce ».