Applications : les plus téléchargées

  Les 25 applications les plus téléchargées en Europe

 

  Application Catégorie App Store Taux de pénétration  
  Facebook Réseaux sociaux 52 %  
  Google Earth Tourisme 37 %  
  Shazam Musique 34 %  
  Skype Réseaux sociaux 29 %  
  Paper Toss Jeux 28 %  
  Touch Hockey: FS5 Free Jeux 21 %  
  Windows Live Messenger Réseaux sociaux 20 %  
  Google Mobile App Références 19 %  
  AroundMe Style de vie 18 %  
  Pac-Man Lite Jeux 16 %  
  Bump Réseaux sociaux 16 %  
  Waterslide Extreme Jeux 15 %  
  Bluetooth Photo Share Utilitaires 15 %  
  iBooks Livres numériques 13 %  
  Labyrinth Lite Edition Jeux 13 %  
  Adobe Photoshop Express Photographie 13 %  
  Angry Birds Lite Jeux 12 %  
  Solitaire Jeux 12 %  
  Mega Jump Jeux 12 %  
  PagesJaunes Utilitaires 11 %  
  Deezer Musique 11 %  
  Viber – Free Phone Calls Réseaux sociaux 11 %  
  Unblock Me Free Jeux 11 %  
  Angry Birds Jeux 10 %  
  eBay Mobile Style de vie 10 %  

 

Source : Comscore

 

A peine sept applications équipent plus d’un iPhone sur cinq en Europe. Une seule est présente sur plus d’un iPhone sur deux : la déclinaison mobile du réseau social Facebook.

 

La quasi-totalité des 25 applications les plus téléchargées sont gratuites. Une seule (Angry birds) est facturée 79 centimes d’euro au téléchargement. La plupart sont donc financées par la publicité, certaines (Paper Toss, Touch Hockey, etc.) proposant des achats intégrés permettant de supprimer la publicité.

 

Deux acteurs français figurent dans ce top européen : le service d’écoute de musique en streaming Deezer, qui réserve l’usage de son appli iPhone à ses abonnés payants et l’annuaire PagesJaunes qui monétise son service par le référencement payant des professionnels. 11 % des possesseurs d’iPhone en Europe ont téléchargé ces deux applications.

Android n°1 en France devant iOS

Enfin, selon comScore, voici pour le mois de juillet 2011, les parts de marché des OS mobiles en France :

  • Android : 28,5 %
  • iOS : 26,4 %
  • Symbian : 22,3 %
  • BlackBerry OS : 9,7 %
  • Windows : 6,2 %
  • Palm : 0,1 %

http://www.pcinpact.com/news/65713-os-mobiles-france-android-ios-bada.htm

Formater une clé USB ou un disque dur

Des fois, on veut transférer un fichier sur une clé ou un disque dur externe, et cela n’est pas possible parce que le format est programmé et limité.

Aussi, l’idéal est de faire un clic droit sur poste de travail puis gérer et enfin gestion des disques.

« La clé est bien sûr connectée« . Clic droit sur celle-ci puis propriétés (souvent les clés sont formatés à 4Go par transfert).

On clic sur poste de travail et sur son périphérique et clic droit propriétés

Plusieurs onglets s’affichent. Choisir Matériel puis clé (suivant votre modèle qui s’affiche) et propriétés et enfin statégies : optimiser pour la performance OK

Formater la clé en NTFS puis formatage rapide

Vous pouvez désormais envoyer des fichiers de plus de 4 Go

Windows 7 passe la barre des 38% de part de marché

Le dernier système d’exploitation de Microsoft a poursuivi son ascension mondiale sur le mois de février. En Europe, il devance Windows XP, qui y détient encore tout de même 35% du marché.

Après avoir pendant longtemps équipé plus d’un PC sur deux dans le monde, Windows XP a accentué son déclin sur le mois dernier. Selon les chiffres de Net Applications, le système d’exploitation historique de Microsoft a en effet glissé au niveau mondial à 45% de part de marché, contre 57% l’année dernière.

Dans le même temps, le dernier-né des OS Windows a connu au contraire une forte progression, en passant de 24% de part de marché en février 2011 à 38% aujourd’hui. Entre les mois de janvier et février 2012, Windows XP a perdu 1,8 point de part de marché alors que Windows 7 a au contraire grimpé d’1,72 point.

Par ailleurs, février a également été un mois à marquer d’une pierre blanche pour les systèmes d’exploitation d‘Apple qui ont atteint leur niveau record de pénétration (5,69%). Une hausse largement imputable à la percée de la dernière itération du systèmes d’exploitation d’Apple pour postes de travail, Mac OS X 10.7 Lion. Ce dernier est passé de 2% de part de marché en décembre 2011 à 2,69% en février 2012.

Quant à Windows Vista, le système d’exploitation de la firme de Redmond continue de stagner dans la zone des 8% de part de marché.

La montée en puissance de Windows 7 de ses derniers mois s’est clairement effectuée sur le dos du vieillissant Windows XP qui, malgré son grand âge (10 ans), conserve sa position de numéro 1 des systèmes d’exploitation dans le monde. Mais pas en Europe.

En février 2012, la part de marché de Windows XP a en effet été de « seulement » 35% contre 42% pour Windows 7 (et 12% pour Vista).

D’autres différences sont également perceptibles avec une légère avance des systèmes d’exploitation Mac en Europe par rapport au niveau mondial (7% versus 6%) mais aussi sur Linux (2% versus 1%). journaldunet février 2002

Quasiment 9 mobinautes sur 10 ont visité un site sur leur mobile au mois de janvier

Au mois de janvier 2012, 89,8% des mobinautes ont visité au moins un site sur leur mobile, tandis que 65,3% ont consulté au moins une application connectée à partir de leur smartphone, selon un premier classement mensuel de l’internet mobile, publié par Médiamétrie le mercredi 29 février. Les catégories les plus consultées sont, dans l’ordre, les portails/moteurs de recherche/communautés (19,8 millions de visiteurs uniques), les services internet/télécoms (15,7M), divertissement (15,6M), actualités (12,1M) et informatique/électronique grand public (8,4M).

Au classement des sites les plus fréquentés, Google (13,4 millions de visiteurs uniques) devance Facebook (12,4M), YouTube (7,6M), Twitter (7,1M), Orange (6,5M), Apple (6M), SFR (4,7M), Wikipédia (4,5M), Bouygues Telecom (3,6M) et Yahoo! (3,2M).
Du côté des applications, Google (10,4M) est également en tête, devant YouTube (8M), iTunes (7M), Game Center (3,8M) et Facebook (3,2M). Etonnament, des applications comme Shazam (1,6M) ou Viedemerde (1,1M) sont plus populaires que Météo France (0,9M) et Deezer (0,8M).
Le périmètre de mesure de Médiamétrie compte 13.743 sites et 1.907 applications mobiles pour le mois de janvier 2012.(commentçamarche.net)

Médiamétrie met en place une nouvelle mesure d’audience pour l’internet mobile. Les résultats publiés par l’institut de mesure seront désormais des classements mensuels. Cette nouvelle méthodologie permettra donc d’avoir davantage de recul sur les chiffres annoncés et d’apprécier l’évolution de l’audience.

Cette mesure se base sur l’ensemble des connexions mobiles des trois opérateurs que sont Bouygues Telecom, Orange et SFR. Au niveau des résultats publiés, Médiamétrie établira un classement prenant en compte :

  • Le top 5 des catégories des sites mobiles visités en janvier
  • Le top 20 des groupes, c’est-à-dire les sociétés actionnaires (par exemple CCM Benchmark Group est entre autres éditeur du site commentcamarche.net et du site journaldunet.com)
  • Le top 20 des marques
  • Le top 20 des sites
  • Le top 20 des applications

Une mesure d’audience et des classements qui vont donc du général au particulier et qui permettent d’avoir une vision globale de l’internet mobile.

Téléphonie mobile: nouveaux acteurs et nouvelles technologies en vedette à Barcelone

Le salon mondial de la téléphonie mobile de Barcelone a ouvert ses portes lundi, alors que les cartes sont rebattues par l’arrivée de nouveaux acteurs ambitieux dans un secteur qui se prépare fiévreusement à la révolution du portable de quatrième génération.

Les téléphones multifonctions « smartphones » représentent un marché très lucratif, avec un parc de 500 millions d’appareils aujourd’hui. En 2016, un milliard de consommateurs en seront équipés, selon le cabinet Forrester.

A Barcelone, incontournable rendez-vous annuel pour toute la profession, les équipementiers chinois Huawei et ZTE, qui vendaient jusqu’ici leur produit sous marque blanche aux opérateurs, vont se lancer sous leur propre marque.

Quant au géant japonais de l’électronique grand public Panasonic et son compatriote Fujitsu, spécialisé dans l’informatique, ils ont annoncé leur intention de se lancer dans le juteux marché des « smartphones » en Europe. Ils devraient dévoiler leurs premiers modèles de téléphones et de tablettes destinés au Vieux Continent lors du World Mobile Congress.

Panasonic revient ainsi sur un marché qu’il avait quitté il y a sept ans.

Ces luxueux appareils ne sont rien sans les systèmes d’exploitations (OS) qui permettent de les faire fonctionner et l’univers des applications qui va avec.

Ce salon sera donc l’occasion pour les géants américains des logiciels Google (Android) et Microsoft (Windows) de tenter de séduire constructeurs et communautés de développeurs d’applications.

Comme l’année dernière, on notera sur les stands une présence massive du petit robot vert symbolisant l’OS Android de Google. Le couple Nokia-Microsoft, qui entend concurrencer le géant américain, devrait lui lancer un nouveau « smartphone » sous Windows très attendu.

Microsoft profitera également du salon pour présenter la version « beta » (test) de son système d’exploitation Windows 8 qui sera « très axé sur les tablettes », selon Ian Fogg du cabinet IHS Global Insight.

Pour Magnus Rehle, analyste chez Greenwich Consulting, le principal défi auquel fait face le secteur est la surcharge du réseau. « Pas juste à cause des données échangées par les +smartphones+, mais aussi à cause des applications des téléphones », a noté M. Rehle.

Les équipementiers insisteront beaucoup à Barcelone sur leurs solutions de téléphonie de quatrième génération (4G), qui permettront à l’utilisateur d’avoir depuis son mobile un débit équivalent à celui dont un foyer dispose actuellement depuis sa ligne fixe internet très haut débit, et dont le déploiement est en cours dans de nombreux pays.

Jusqu’à quand l’appellera-t-on «téléphone portable» ?

Certes, il permet encore de joindre ses contacts avec la voix mais, à la manière d’un caméléon, il sait se faire tour à tour appareil photo, baladeur audio, GPS ou bien encore lecteur de vidéos. Le mobile réunit en son sein un condensé de fonctionnalités toujours plus orientées loisir.

Les téléphones multifonctions, appelés plus ou moins opportunément «smartphones», devraient continuer à avoir le vent en poupe. Raison de ce succès ? Les efforts apportés pour que «l’expérience utilisateur» soit toujours plus simplifiée et agréable : à mesure que les téléphones se perfectionnent, à mesure qu’ils intègrent des technologies de plus en plus pointues, l’utilisateur a de moins en moins affaire à la complexité ! Ainsi, les interfaces se modernisent et deviennent ludiques.

On assiste actuellement à la rencontre de deux univers, à la convergence de deux mondes : le professionnel et le personnel. Alors que le téléphone «pro» multitâche tente de s’offrir une cure de jouvence en s’improvisant grand public (intégration d’un capteur photo…), le téléphone grand public, emprunte quelques bonnes choses à son cousin «pro» (synchronisation de ses contacts, mode mail Push…),est bien souvent plus concluant.

Les points à ne pas négliger pour bien choisir son téléphone

– L’ergonomie de l’appareil : matière, finitions, touches de raccourcis.
– La fluidité : le téléphone ne subit-il pas de ralentissements, le tactile réagit-il bien ?
– L’interface : est-elle simple à appréhender, logique, ludique ?
– La communication multi-facettes : SMS, mails, téléphone, tout ce que supporte l’appareil se fait-il simplement, la qualité de réception lors d’un appel est-elle bonne ?
– L’autonomie : avec des téléphones de plus en plus riches, donc de plus en plus sollicités, peut-on espérer passer la journée sans recharge ?
– La chasse aux arguments marketing vendeurs : un photophone chargé de 8 Mégapixels est-il vraiment garant d’une meilleure qualité qu’un 5 Mpixels, les labels de qualité audio apportent-ils vraiment un meilleur son ?…
– L’usage d’Internet : faire la différence entre un téléphone qui permet d’aller sur le web et un autre avec lequel «surfer» est un vrai plaisir.
– La qualité de l’écran : sa luminosité, sa visibilité au soleil, ses angles de vision…
– Et enfin, les fonctions annexes passées à la loupe : la qualité des vidéos capturées, des photos, des écouteurs, haut-parleurs, du GPS…

Mon téléphone sur mesure
Si l’on tend à aller vers des téléphones portables de moins en moins différenciés, c’est très certainement du côté de l’offre de services que le contraste se fera dans les années à venir. On parle désormais d’écosystème autour du téléphone portable : à partir d’une base commune, l’usager va pouvoir personnaliser son appareil en fonction de ses besoins et centres d’intérêts en lui ajoutant quelques applications (jeux, média, sport, actu, musique…). Grâce au haut débit et via une plate-forme de téléchargement, customiser son téléphone devient un jeu d’enfant.Portées par le succès de l’AppStore d’Apple,lancé il y a à peine un an, les plus grandes marques de téléphonie mobile ou propriétaires d’un système d’exploitation (type Microsoft) devraient proposer une offre digne de ce nom cette année. RIM (Blackberry), Nokia, Samsung, Microsoft ou bien encore Google font appel aux bonnes idées des développeurs du monde entier pour alimenter de mini-logiciels la mémoire de nos compagnons du quotidien.S’il est encore trop tôt pour comparer l’offre de ces plateformes en termes d’ergonomie, de praticité et de contenu — certaines ne sont pas encore achevées –, les marques savent bien que, d’ici quelque temps, le choix des utilisateurs se portera à la fois sur le produit et sur le contenu disponible pour l’enrichir.

Extraits de comparatifs sur http://www.lesnumeriques.com/telephone-portable/comparatif-smartphones-telephones-portables-a407.html

L’administration électronique

La recherche d’informations juridiques par les usagers des administrations est un chemin semé d’embuches. C’est pourquoi le gouvernement souhaite développer l’administration électronique

L’accès aux informations juridiques des différentes administrations est un chemin semé d’embuches pour le grand public. Les usagers se déplacent de guichet en guichet sans avoir la certitude d’avoir réunis les documents nécessaires pour obtenir l’information souhaitée. C’est pourquoi, le gouvernement souhaite développer l’administration électronique.

Le principe est que les administrations utilisent les systèmes d’information et de communication pour rendre leurs services publics plus accessibles. Le développement de ces e-administration s’inscrit dans le cadre d’un projet de réforme et de modernisation du fonctionnement de l’administration afin de mieux répondre aux besoins des usagers.

Initialement, cette mission était dévolue à l’Agence pour le Développement de l’Administration Electronique (ADAE) par le décret 2003-141 du 21 février 2003. Puis, par un décret du 30 décembre 2005 (2005-1792), cette agence a été refondue dans la Direction Générale de la Modernisation de l’Etat (DGME).

La DGME s’organise autour de trois pôles de compétences :

« Le service « Projets » pilote les chantiers interministériels de modernisation, portant notamment sur la simplification des démarches administratives, l’amélioration de l’accueil (référentiel Marianne), la qualité des services publics et le développement de l’administration électronique (« Mon.Service-public.fr », le compte personnel des démarches en ligne, déploiement de nouveaux services en ligne comme l’inscription sur les listes électorales) »

L’une des réalisations la plus importante de ce pôle est la mise en place du site Mon.service-public.fr depuis le 19 octobre 2009. Celui-ci permet aux usagers de créer un compte personnel et sécurisé pour gérer sur internet l’ensemble de leurs démarches liées à des services publics tels que la retraite, les allocations familiales, les remboursements médicaux…etc.

On peut distinguer 5 stades de dématérialisation de l’information:

  1. information en ligne (niveau 0 de la dématérialisation)
  2. téléchargement de formulaire à imprimer (sans remplissage possible en ligne)
  3. formulaire à remplir en ligne, et à valider en ligne.
  4. demande ou déclaration en ligne (avec envoi dématérialisé du formulaire)
  5. dématérialisation complète, via offre d’un compte et espace personnel de suivi et possibilité de transaction, historique, etc.

Donc on peut dire que la France offre une dématérialisation assez importante de ses services publics. L’accès aux informations juridiques est facilité et est plus transparent. L’information est centralisée, ce qui est un avantage dans les recherches.

Cependant, l’administration électronique comporte des risques à prendre en compte. En effet, l’un des risques est l’exclusion de certaines catégories de population comme les personnes âgées par exemple. Il faut accompagner ces usagers en favorisant l’accès à internet et en mettant en place des aides à l’accomplissement des procédures.

De plus, il existe un risque quant à la protection des données personnelles. Il faut donc porter son attention sur la sécurité juridique du stockage des informations.http://www.legavox.fr/blog/info-juridique/

Windows 8 pour octobre 2012?

Toujours pas de date claire pour la commercialisation de Windows 8, mais la période d’octobre 2012 semble selon les nombreuses rumeurs, comme la plus probable pour une sortie du successeur de Windows 7.

On se souvient aussi que Microsoft avait permis à de nombreuses personnes de faire une précommande de Windows 7 dès la fin du mois de juillet à un tarif plus que préférentiel. Microsoft va-t-il renouveler l’expérience avec Windows 8 ?

Plusieurs responsables de Microsoft avaient déjà laissé entendre que le système d’exploitation Windows 8 aurait une feuille de route similaire à celle de son prédécesseur Windows 7. Alors que la version bêta est attendue pour fin février, de nouvelles informations en provenance du CES 2012 confirment cette tendance.

Une chargée des relations presse pour Windows a confirmé à son tour que le passé avec Windows 7 est un bon repère. Selon des propos rapportés par Pocket-lint, elle a souligné que Microsoft voit les choses étape par étape, mais a aussi rappelé que cette année cela fera trois ans depuis la commercialisation de Windows 7 en octobre 2009… et le rythme d’un nouvel OS tous les trois ans.Toujours pas de date claire pour la commercialisation de Windows 8, mais la période d’octobre 2012 semble selon les nombreuses rumeurs, comme la plus probable pour une sortie du successeur de Windows 7.

On se souvient aussi que Microsoft avait permis à de nombreuses personnes de faire une précommande de Windows 7 dès la fin du mois de juillet à un tarif plus que préférentiel. Microsoft va-t-il renouveler l’expérience avec Windows 8 ?

Plusieurs responsables de Microsoft avaient déjà laissé entendre que le système d’exploitation Windows 8 aurait une feuille de route similaire à celle de son prédécesseur Windows 7. Alors que la version bêta est attendue pour fin février, de nouvelles informations en provenance du CES 2012 confirment cette tendance.

Une chargée des relations presse pour Windows a confirmé à son tour que le passé avec Windows 7 est un bon repère. Selon des propos rapportés par Pocket-lint, elle a souligné que Microsoft voit les choses étape par étape, mais a aussi rappelé que cette année cela fera trois ans depuis la commercialisation de Windows 7 en octobre 2009… et le rythme d’un nouvel OS tous les trois ans. (source zerobug)