l’économie française et Internet

Internet et son impact en France

En terme de maturité Internet, la France se situe qu’au 17 ème rang sur 34 pays de l’OCDE, loin derrière le royaume uni.

Aujourd’hui, en France, 2 foyers sur 3 ont accès à Internet. 25 millions de français, soit 40 % ont fait des achats sur Internet en 2009.15 % de la population a accès a internet avec son téléphone portable.

Internet a contribué de manière directe, en 2009, a 60 milliards d’euros ce qui équivaut à 3,2 % de PIB.En 2015, elle pourrait représenter 5,6 % du PIB en France.Cette économie est supérieure à l’économie de l’énergie, du transport et de l’agriculture.

Entre 2005 et 2009, Internet représentait 20 % de la croissance française.Internet est un accélérateur de croissance pour les PME puisque 700 000 emplois sont directement liés à cette activité (source internet-impact.fr)

Internet ne connaît pas la crise. Dans un contexte économique difficile, les sites de vente en ligne ont enregistré une croissance de 22% de leur chiffres d’affaires en 2011.

Les sites de e-commerce ne se sont jamais autant bien portés. En 2011 en France, selon des chiffres communiqués par la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) le secteur a enregistré une croissance de son chiffre d’affaires de 22%, pour un total estimé à 33,7 milliards d’euros.

Ce sont les périodes de Noël qui ont boosté les achats, preuve en est, ces quelques semaines représentent à elles seules 20% du chiffre d’affaires annuel avec 7,6 milliards d’euros. Il était déjà de 6,3 milliards d’euros en 2010.

30 millions d’e-acheteurs sont référencés par la Fevad.

Ces consommateurs ont un panier moyen de 90 euros, un chiffre légèrement en recul par rapport à 2010 de 1%. Mais les différents sites de vente ont enregistré plus de 420 millions de transactions au cours de l’année.Une prouesse pour un parc de consommateurs loin d’être totalement équipé de smartphones et tablettes.(source maxisciences.com)

Le secteur de la vente en ligne présente une bonne santé dans un contexte difficile pour la consommation des ménages, qui elle baisse de 3% sur le dernier semestre 2011. L’essor provient aussi des transactions réalisées via un mobile, qui ont considérablement augmenté en 2011. Aucun chiffre n’a été avancé par l’étude mais les entreprises reconnaissent que le paiement mobile représente aujourd’hui environ 2% de leur chiffres d’affaires global.

Publicités